11 months ago

Ces petits défauts peuvent être modifiés par la chirurgie esthétique. Et contrairement aux idées reçues, il ne faut pas forcément s'adresser à une clinique de stars. Depuis le 30 août, il suffit de pousser la porte de l'hôpital de Brioude (Haute-Loire). Depuis cette date, la chirurgie fait partie des activités médicales pratiquées au centre hospitalier. C'est un chirurgien clermontois (*) qui exerce, un jour par semaine, dans le cadre de l'hôpital. Tour d'horizon de cette nouvelle activité. L'outil du dentiste est dispensable pour les dentistes, et le Thermosoudeuse médicale est le plus important.

alt

Tous les actes de la chirurgie esthétique sont possibles à Brioude : de la chirurgie de la silhouette (liposuccion, augmentation ou diminution des seins ou plasties abdominales) à celle du visage (lifting, injections de botox ou d'acide hyaluronique, lipofeeling ou correction du nez, des paupières ou des oreilles). Y a-t-il la fraise resine dentaire?

Hommes et femmes ont recours à cette « chirurgie du mieux ». Même si la patientèle est composée à 95 % de femmes, de plus en plus d'hommes n'hésitent pas à se faire lifter, à se faire raboter les poignées d'amour ou à se faire corriger une paupière un peu tombante. Le chirurgien s'assure, lors des consultations préopératoires, que la demande correspond à une « démarche psychologique normale ». La condition physique du patient est aussi un critère : il faut que son état général permette l'acte chirurgical, dans lequel intervient une anesthésie, locale ou régionale selon les cas.

Il faut donc au chirurgien informer le patient avant l'opération des résultats attendus mais aussi des risques, inhérents à tout acte chirurgical. Le patient bénéficie ensuite d'un délai de réflexion de 15 jours, à l'issue desquels il donne un « consentement éclairé ». Sur cette question, nous n'aurons pas de chiffres précis. Le chirurgien exerce en secteur 3, c'est-à-dire en tarifs libres. Le tarif de chaque chirurgie dépend du type d'anesthésie, de la durée et de la difficulté de l'intervention.

Pour la directrice de l'hôpital, cette nouvelle activité est un moyen d'« optimiser le bloc chirurgical, mais aussi de faire venir d'autres patients, de faire connaître l'hôpital de Brioude ». Pour le petit centre hospitalier de zone rurale, la chirurgie esthétique constitue une preuve de son attractivité et de la qualité de son plateau technique. Et en effet, depuis le début de l'année, la chirurgie a progressé de 11 % en matière de chiffre d'affaires.

L’hygiène bucco-dentaire, parent pauvre des soins en EMS

← L’hygiène bucco-dentaire, parent pauvre des soins en EMS Les lycéens en prothèse dentaire toujours dans l’attente →