9 months ago

Traditionnellement, le marché de la santé dentaire est dynamique par rapport aux autres secteurs de l'économie. « La crise est estompée par le système social français, qui amortit l'impact sur l'industrie de la santé en général ", explique Daniel Viard, secrétaire général de l'association Comident, qui réunit les industriels du secteur. Cependant, le troisième trimestre 2014 est en légère baisse, (- 1,5 % par rapport à la même période l'année passée), pour un marché d'une valeur totale de 1,1 milliard d'euros. « C'est la première fois. Jusqu'à l'année dernière, le marché avait subi une petite inflexion, mais continuait de croître », reprend Daniel Viard, qui affirme que la filière accuse enfin le contrecoup de la crise. Vous pouvez comprendre plus de l'aéropolisseur dentaire sur www.athenadental.fr

alt

« Le marché de la santé bucco-dentaire fonctionne toujours en décalé par rapport au reste de l'économie. " Ce sont les laboratoires de prothèses français qui sont le plus durement touchés, avec une baisse de leur activité de 3 % au troisième trimestre 2014. Les fabricants de matériel dentaire lourd, comme l'équipement des cabinets et des sièges, le matériel durable, sont, eux aussi, touchés plus fortement que les producteurs de matériaux consommables (pâtes pour carie, ustensiles à usage unique, anesthésies, etc.), aussi appelés produits de fauteuil. Qu'est-ce que les avantages du fauteuil dentaire anatomique ?

Le décrochage du marché de la prothèse par rapport au reste des soins est dû aux restrictions que s'imposent les patients en cette période de vaches maigres : implants et prothèses, mal remboursés et victimes de sous-évaluation des soins conservateurs, passent pour des soins de luxe. Toutes ces entreprises réalisent 80 % de leur chiffre d'affaires à l'exportation. L'essentiel du marché est tenu par des compagnies américaines, japonaises, allemandes et italiennes qui importent leurs produits directement dans l'Hexagone.

Le marché de l'hygiène dentaire (brosses à dents, dentifrices, accessoires), traditionnellement porteur, pèse plus de 1,2 milliard d'euros dans l'Hexagone. S'il était en expansion (+ 3 % de croissance) jusqu'à l'année dernière, il s'est stabilisé cette année. « Le marché croît de 1 % en valeur et de 0,2 % en volume d'après les chiffres d'août, constate Frédérique de Hénaux, chef de groupe chez Pierre Fabre. Mais c'est un marché qui se porte globalement bien. » La bataille de l'hygiène, les dentifrices représentent 50 % des échanges, suivis par les brosses à dents classiques. « Ce sont des produits d'hygiène de première nécessité. Ce n'est pas là-dessus que les gens vont faire des économies, même durant une crise », reprend Frédérique de Hénaux.

Les secrets d’une bonne hygiène bucco-dentaire

← Les secrets d’une bonne hygiène bucco-dentaire Une clinique pour les enfants qui ont la phobie du dentiste près de Saint-Omer →