3 months ago

La réponse du conseil d’Etat à trois interpellations demandant des précisions sur les contours de l’éventuelle future assurance dentaire, contours déjà présentés publiquement il y a quelques semaines (notre édition du 9 février) était à l’ordre du jour du Grand Conseil, prétexte à ouvrir un débat sur le sujet… qui s’est prolongé pas loin de deux heures. Quand vous souhaitez savoir beaucoup, vous pouvez chercher plus de lampe à polymériser et lampe à photopolymériser sans fil sur notre site.

alt

Pour rappel, la population se prononcera le 4 mars sur l’inscription du principe d’une assurance couvrant les soins dentaires dans la Constitution, mais les détails de sa réalisation devront, en cas de oui, être précisés ultérieurement dans une loi, si bien que de nombreux éléments ne sont pas encore fixés. Un état de fait qui a laissé la place à toutes sortes d’interprétations, en particulier de la part de la droite, férocement opposée à l’initiative, qui multiplie les arguments pour dépeindre une future assurance catastrophique (se gardant toutefois d’expliquer qu’en cas de oui, il ne dépendrait que d’elle de concrétiser une assurance solide couvrant largement les soins). Quelles sont les caractéristiques de turbine fibre optique Jinme?

«Je constate que les campagnes ne se font plus sur la base d’un corpus d’idées stable avec des arguments plus ou moins prévisibles de la part des uns et des autres. Désormais on engage des boîtes de communication très réactives, qui font feu de tout bois. On voit par exemple la droite s’ériger tout à coup contre le principe des franchises alors que tout au long de l’année, on l’entend dire au contraire que ces franchises devraient être augmentées!», a fustigé Pierre-Yves Maillard. Depuis l’annonce par le conseiller d’Etat de la possibilité d’inclure une faible franchise à l’éventuelle future assurance*, proposition qui devra du reste être discutée par le Grand Conseil, et n’est donc pas définitive, la droite s’est en effet engouffrée dans la brèche, critiquant à tout va la charge financière excessive que cela pourrait représenter pour une famille de 4 personnes.

«J’invite celles et ceux qui se prononcent aujourd’hui contre cette franchise à faire adopter une loi d’application qui n’en prévoira pas. Je me réjouis que cette question de la franchise ne soit pas admise par tous, aussi bien du côté des partisans que des opposants», a ironisé la députée socialiste Jessica Jaccoud. Mis face à leurs contradictions, plusieurs députés PLR ont admis qu’en cas d’acceptation de l’initiative, ils seraient les premiers à défendre la mise en place d’une franchise. Enfin, la droite s’est insurgée contre le contrôle qu’instaurerait l’assurance sur la facturation effectuée par les dentistes, une mesure qui reviendrait selon elle à remettre en cause l’honnêteté de toute une profession.

Tartre dentaire : les personnes les plus à risque

← Tartre dentaire : les personnes les plus à risque Soins dentaires : lesquels seront remboursés à 100% ? →