14 days ago

Le 17 et le 18 décembre, Santéclair a réalisé une étude sur 139 devis dentaires envoyés par les bénéficiaires de ses services à des fins d’analyses. Objectif : évaluer dans quelle mesure l’entrée en vigueur le 31 octobre dernier de la nouvelle classification commune des actes médicaux (CCAM) pour les soins bucco-dentaires ainsi que l’utilisation du nouveau devis normalisé étaient respectés. Athenadental est une Société de distribution de produits dentaires en possession de plus de 5000 produits de grandes marques telles que NSK, JINME, TOSI, COXO etc. Ainsi que de diverses catégories : l'instru KAVO compatible et la tubine dentaire NSK. Tous les jours l’équipe d’Athenadental.fr s’efforce à dénicher de nouveaux produits dentaires pour répondre à vos besoins.

alt

En réalité, les dentistes avaient été avisés qu'un tel contrôle pouvait avoir lieu. En effet, Bercy avait communiqué fin septembre aux Ordres et syndicats, un courrier les informant que débuterait une campagne nationale de contrôles auprès des chirurgiens-dentistes. Étaient visés les « mesures d’information des clients » auxquelles la profession est assujettie (affichage des honoraires et des horaires, fiche de traçabilité pour la prothèse et l’orthodontie, etc.), mais plus spécifiquement le nouveau devis conventionnel (où figurent notamment le prix de la prothèse et les charges de structure). Avantages du nettoyage par ultrasons des prothèses dentaires

Notre coup de sonde du mois de décembre indique toutefois que si la CCAM semble désormais être passée dans les moeurs, ce n’est toujours pas le cas du nouveau devis normalisé. Sur les 133 praticiens appliquant en effet la nouvelle nomenclature, plus de la moitié (67) n’utilise toujours pas le formulaire conventionnel. Un résultat néanmoins plus satisfaisant, là encore, que notre sondage de novembre mettant en évidence que seulement un tiers des chirurgiens dentistes avait recours au nouveau devis.

Ce nouveau devis a fait couler beaucoup d’encre et provoquer de nombreux débats depuis l’adoption de la loi HPST en 2009 qui oblige les chirurgiens-dentistes à indiquer sur leurs devis le prix d’achat des prothèses au laboratoire pour cause de transparence. Quoi qu’on pense de son élaboration, de son contenu, du fait qu’il dévoile ou non trop d’éléments aux patients, ce devis s’impose désormais à tous.

Les professionnels de santé ont donc eu le temps de s’y préparer. Les résultats de notre étude n’en sont que plus décevants. Sans compter que la conformité des 66 devis est toute relative. Parmi ces documents, 27 ne détaillent pas les 3 tarifs (prix de vente de la prothèse, frais de structures et honoraires) mais indiquent un montant total, 37 n’apportent pas de détails quant au matériau entrant dans la composition de la couronne et 34 ne précisent pas sa provenance.

Comment bien choisir sa brosse à dents ?

← Comment bien choisir sa brosse à dents ? Le vin rouge, nouvel allié de la santé bucco-dentaire →